Ainsi la dernière soirée en compagnie de Flamme était arrivée pour Macha. Le temps avait passé tellement vite qu’elle avait peine à réaliser qu’ils étaient déjà en mars. Avec un compagnon comme Flamme l’hiver lui avait semblé beaucoup plus court que les années précédentes.

Mais voilà, le moment tant redouté était arrivé : le lendemain Macha irait relâcher Flamme dans les bois. Il ne lui semblait pas juste de retenir ce pauvre animal dans une maison d’humains : c’était un animal sauvage avant tout.

Malgré leur amitié, il avait besoin de liberté. Macha elle-même savait combien la liberté est importante pour tout être vivant…

Alors, éclairés par la douce lumière du feu et enveloppés par sa chaleur, ils profitaient tous deux de ces derniers instants : sa main à elle caressait son pelage soyeux tandis que lui ronronnait de plaisir comme un petit chaton…

 

DSC05856

DSC05850

DSC05855

DSC05859